Les épisodesPassion Médiévistes

Épisode 35 – Albert et les femmes dans les fabliaux

Comment étaient représentées les femmes dans les fabliaux à la fin du Moyen Âge ?

Illustration de l'épisode 35 réalisée par l'artiste Din
Illustration de l’épisode 35 réalisée par l’artiste Din

Albert Leparc a fait un mémoire de deuxième année sur “Les figures féminines des Cent nouvelles nouvelles de Philippe de Vigneulles (XVIe siècle)”. Il était en master Mondes médiévaux à l’université Paris-Sorbonne (Paris 4) sous la direction de Elisabeth Crouzet Pavan, après un mémoire de première année consacrée à la querelle des femmes.

Un nouveau genre littéraire : la nouvelle

A la fin du Moyen Âge, pour ce qui est de la littérature, on a l’impression d’avoir déjà tout écrit, et pourtant les auteurs de l’époque font de leur mieux pour se renouveler. La nouvelle hérite de tous les autres genres littéraires de l’époque médiévale : fabliau, exemplum, lai, roman de chevalerie…

Pour en savoir plus sur les fabliaux : Episode 3 – Paul et le Roman de Renart

La spécificité de la nouvelle est justement de faire du neuf avec du vieux. Il y a aussi une idée de circulation, la culture orale se retransmet de nouveau. Elle reprend tous les thèmes et les histoires du fabliau en y ajoutant ou enlevant des choses, et la nouvelle est conçue pour être écrite, alors que les fabliaux provenaient surtout de la culture orale.

Philippe de Vigneulles rédigeant sa Chronique, Dessin de la main de l'auteur, appartenait au manuscrit 839 (89) de la Chronique, aujourd'hui disparu. Brunswick, Maine, U.S.A.
Philippe de Vigneulles rédigeant sa Chronique,
Dessin de la main de l’auteur, appartenait au manuscrit 839 (89) de la Chronique, aujourd’hui disparu. Brunswick, Maine, U.S.A.
L’auteur de nouvelles et fabricant de chaussettes Philippe de Vigneulles

Philippe de Vigneulles est un auteur peu connu mais qui a laissé des écrits importants pour connaître la vie à Metz à la fin du Moyen Âge. Né en 1471,  il arrive, dans un contexte compliqué à Metz, à accéder à un statut de petit-bourgeois, il travaille comme commerçant de chaussettes, et sur son temps libre il commence à écrire tout ce qu’il voit et ce qu’il entend, notamment dans sa Chronique.

Il écrit aussi les Cent nouvelles nouvelles, terminées vers 1515, apparemment pour « passer le temps« . Même si le manuscrit unique conservé aux archives de Metz n’est pas complet, il a été édité et la plupart des nouvelles sont lisibles.

La place des femmes dans les fabliaux et les nouvelles

Les femmes de tous statuts sociaux sont représentées dans toutes les situations, que ce soit les bourgeoises ou les paysannes. Un des thèmes centraux de ces histoires mettant en scène les femmes sont les adultères, qu’ils soient commis par le mari ou la femme. Assez régulièrement le conjoint trompé se venge, mais les situations varient beaucoup. On rit parfois des femmes quand elles sont bêtes, mais on rit aussi avec elles lorsqu’elles se vengent. Ce qui compte pour Philippe de Vigneulles c’est le rire, la place de la morale n’est pas primordiale. Il donne la parole à ces femmes, de la substance, des histoires, elles ne sont pas que des clichés mais des personnages à part entière.

Pour en savoir plus sur le sujet Albert vous propose les ouvrages suivants :
  • KOTIN Armine, The Narrative imagination, Comic Tales by Philippe de Vigneulles, Lexington, University Press of Kentucky, 1977

    Albert Leparc au micro de Passion Médiévistes
    Albert Leparc au micro de Passion Médiévistes

Sur les fabliaux :

  • MENARD Philippe, Les fabliaux, contes à rire du Moyen âge, Paris, Presses Universitaires de France, 1983
  • ALEXANDRE-BIDON Danièle, LORCIN Marie-Thérèse, Le quotidien au temps des fabliaux, Paris, Picard, 2003
  • LORCIN Marie-Thérèse, Façons de sentir et de penser : Les fabliaux français, Paris, Champion, 1979
  • AUBAILLY Jean-Claude. « Le fabliau et les sources inconscientes du rire médiéval » In: Cahiers de civilisation médiévale, 30e année (n°118), Avril-juin 1987. pp. 105-117

Sur Metz et la vie urbaine :

  • BOUR René, Histoire de Metz, Metz, Éditions Serpenoise, 1978
  • ESQUIEU Yves et PESEZ Jean-Marie (dir), Cent maisons médiévales en France (du XIIe au milieu du XVIe siècle). Un corpus et une esquisse, Paris, CNRS, 1998

Sur le rire, la peur et les émotions au Moyen Âge :

  • LE GOFF Jacques, « Rire au Moyen Age », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques, consultable en ligne
  • CROUZET-PAVAN Élisabeth et VERGER Jacques (dir.), La dérision au Moyen âge, De la pratique sociale au rituel politique, Paris, PUPS, 2007
  • BOUCHE Thérèse et CHARPENTIER Hélène, Le rire au Moyen Age dans la littérature et les arts, Bordeaux, P.U.B, 1990
  • DELUMEAU Jean, La Peur en Occident, XIVe-XVIIIe siècles, ch. 10 : « Les agents de Satan III – la femme », Paris, Fayard, 1978

Histoire des femmes au Moyen âge (références usuelles) :

  • Georges DUBY, Michelle PERROT, Christiane KLAPISCH-ZUBER (dir), Histoire des femmes en Occident, tome II, Le Moyen Âge, Paris, Perrin,  1991BOHLER Danielle (dir), Le goût du lecteur à la fin du Moyen Age, Paris, Le Léopard d’Or, 2006
  •  CASSAGNES – BROUQUET Sophie, La vie des femmes au Moyen âge, Rennes, Ouest-France, 2009

Travaux sur quelques figures littéraires et œuvres du XVe

  • PIERREVEILLE Corinne, « L’entremetteuse des fabliaux, un singulier personnage », in  C. Pierreville, Entremetteurs et entremetteuses dans la littérature de l’Antiquité à nos jours, actes du colloque international organisé les 18 et 19 mai 2006 à l’Université Jean Moulin–Lyon 3, volume28, publication du CEDIC, Jacques André éditeur, 2006.
  • DUBOIS-NAYT Armel, DUFOURNAUD Nicole, PAUPERT Anne (dir), Revisiter la « querelle des femme » : discours sur l’égalité/inégalité des sexes, de 1400 à 1600, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2013
Dans cet épisode vous avez pu entendre les extraits des œuvres suivantes :
Si cet épisode vous a intéressé vous pouvez aussi écouter :

Merci beaucoup à Din pour l’illustration de cet épisode, financée grâce aux dons des auditeurs et auditrices sur le Tipeee du podcast !