Les épisodesPassion Médiévistes

Episode 1 – Justine et la reine Gerberge

Dans ce premier épisode Justine Audebrand nous parle de Gerberge, une reine de France du Xème siècle, très peu étudiée jusqu’à présent.

A partir de son mémoire de deuxième année de master, présenté en juin 2016 à l’université Paris I Panthéon Sorbonne, Justine nous parle de ses thèmes de recherche de prédilection, des difficultés qu’elle a rencontré pendant ce travail,  ainsi que d’histoire du genre et des femmes.

Depuis cet épisode, Justine a commencé une thèse sur Les fratries au haut Moyen Âge (vers 650-vers 1000), toujours sous la direction de Geneviève Bührer-Thierry. Dans le sillage de l’anthropologie et de la sociologie, les historiens s’intéressent depuis une trentaine d’années à l’histoire de la parenté. Mais l’histoire des fratries et, plus généralement, celle des relations entre germains et du lien de germanité restent balbutiantes. « Ma thèse porte donc sur les relations entre frères et sœurs du milieu du VIIe à l’an mil, dans un vaste espace comprenant le monde franc, le monde germanique et l’Angleterre anglo-saxonne. L’étendue chronologique et géographique du sujet permet de mettre en place une comparaison et d’étudier les impacts des changements politiques et sociaux sur la constitution des fratries.

Cette démarche comparatiste est également la mienne dans les sources envisagées. Si les sources narratives fourmillent d’informations sur les relations adelphiques au sein de la plus haute aristocratie, les documents de la pratique donnent une vision complémentaire de ces relations, en permettant d’avoir un éclairage différent sur la place des sœurs. En effet, la question du genre est centrale dans l’étude des fratries du haut Moyen Âge. Les femmes, loin de rester sous la coupe de leurs frères une fois leur père décédé, jouent un rôle actif dans les stratégies de pouvoir de la fratrie. Mariées, elles constituent un pivot entre leur famille d’origine et la famille de leur époux. Célibataires et religieuses, elles participent au contrôle des territoires et assurent la mémoire de la famille. Il convient donc de restituer leur rôle dans les fratries, en particulier via l’étude de leurs propres productions littéraires et textiles. »

Si le sujet vous intéresse voici quelques ouvrages pour en savoir plus :
  • Yves Sassier, Hugues Capet, naissance d’une dynastie, Paris, Fayard, 1987
  • Bruno Dumézil, La reine Brunehaut, Paris, Fayard, 2008
  • Régine Le Jan, Femmes, pouvoir et société dans le haut Moyen Âge, Paris, Picard, 2001
  • Murielle Gaude-Ferragu, La reine au Moyen Âge, le pouvoir au féminin, XIVe-XVe siècle, Paris, Tallandier, 2014
  • Pauline Stafford, Queens, concubines and dowagers, the king’s wife in the early Middle Ages, Londres, Leicester university press, 1998 (1ère édition 1983)
Les extraits sonores diffusé dans l’épisode :

Retrouvez Justine dans le hors-série spécial du premier anniversaire du podcast.