Les épisodesPassion Médiévistes

Épisode 55 – Pierre-Luc et la philosophie à la fin du XIIIème siècle

Quels étaient les courants de pensée en philosophie au milieu du Moyen Âge ?

Portrait de Pierre Luc Desjardins (© Fanny Cohen Moreau)

Grande première dans un épisode du podcast Passion Médiévistes, l’invité fait une thèse de philosophie mais toujours sur l’histoire médiévale bien sûr ! Pierre-Luc Desjardins prépare une thèse,  sous la direction de David Piché à l’Université de Montréal, dans le cadre de École doctorale Philosophie (Paris) depuis 2013 sur le sujet ; “Gignitio imaginis : physique et noethique chez Maître Eckhart”.

Dans cet épisode nous traçons à grands traits avec lui les différents courants de pensée philosophie présents à la fin du XIIIème siècle et au début du XIVème siècle en Europe. Il parle du néo-platonisme, de l’aristotélisme, du philosophie germanique Maître Eckart, de la transmission des savoirs par la civilisation arabe, ou encore de l’université médiévale à Paris.

La pensée philosophique au Moyen Âge

Pierre-Luc Desjardins aborde plusieurs notions et pensées philosophiques dans l’épisode :

  • le néo platonisme : la dernière grande synthèse théorique de l’Antiquité, à partir de la pensée de Platon mais en intégrant les stoïciens, les épicuriens et Aristote ; une des grandes idées de ce mouvement est l’unité, l’Univers tend vers cette unité
  • l’aristotélisme : une grande importance est accordée à la physique, à la nature, au monde qui obéit aux règles de la physique.
  • les pères de l’Église avec Saint Augustin
  • Saint-Thomas d’Aquin et Saint Albert le Grand qui initient une grande synthèse entre la pensée grecque et la pensée chrétienne.

La translatio studiorum des savoirs antiques

Une classe de philosophie au Moyen Age. Miniature tirée de "Grandes Chroniques de France" 1375-1379. Bibliothèque Municipale, Castres• Crédits : Luisa Ricciarini/Leemage - AFP
Une classe de philosophie au Moyen Age. Miniature tirée de « Grandes Chroniques de France » 1375-1379. Bibliothèque Municipale, Castres• Crédits : Luisa Ricciarini/Leemage – AFP

Dans l’épisode, Pierre-Luc Desjardins vous raconte comment le savoir antique s’est transmis pendant au moins 600 ans de l’Antiquité jusqu’au milieu du Moyen Âge grâce à la civilisation arabe. Lorsque l’académie de Platon est fermée définitivement en 529 par l’empereur byzantin Justinien, les savants fuient et vont s’installer au Proche Orient dans l’empire perse.

Progressivement la région est dominée par l’empire arabe, avec pour point culminant la fondation de Bagdad et des maisons de la sagesse par des Abbassides au IXème siècle. Il y a alors un grand mouvement de traduction des textes grecques en arabe, pour s’approprier ce savoir dont les Byzantins ne veulent plus. Ce savoir va ensuite se diffuser vers la partie orientale puis jusqu’en islam occidentale, en Espagne et à Cordoue, avec des penseurs comme Averroès au XIIème siècle.

Le Moyen Âge n’est pas une grande période d’obscurité mais une époque d’une série de renaissances.

Puis avec la reconquête espagnole des XIème et XIIème des traducteurs interconfessionnels et plurilingues vont s’employer à traduire tout ce corpus arabophone en latin, permettant ainsi une redécouverte des textes antiques dès le Moyen Âge.

 

Une thèse sur Maître Eckhart

La thèse de Pierre-Luc Desjardins porte sur la pensée (condamnée en 1328) du mystique allemand Maître Eckhart, et sur l’importance, pour lui, de la physique arisotélicienne.

Illustration de l'épisode 55 par l'artiste Din
Illustration de l’épisode 55 par l’artiste Din

Maître Eckhart est un dominicain qui a occupé des postes importants au sein de l’ordre. Il a aussi enseigné sa dotrine deux fois à l’université de Paris, ce qui était rare à l’époque pour un penseur allemand. Sa pensée est centrée sur la naissance du christ dans l’âme, la possible divinisation de l’homme.

Ses thèses ont été condamnées par l’Église pour plusieurs raisons, mais notamment à cause de la traduction du latin vers l’allemand, la traduction donnerait un ton radical aux idées.

Pour en savoir plus sur le sujet de l’épisode, Pierre-Luc vous conseille de lire :

  • La condamnation parisienne de 1277, Trad. Lafleur/Piché, Paris, Vrin

  • Maîre Eckhart, Traités et sermons, Trad. de Libera, Paris, GF-Flammarion, 1993
  • ANCELET-HUSTACHE, J., Maître Eckhart et la mystique rhénane
  • CORBIN, H., Histoire de la philosophie islamique, Paris, Gallimard
  • DESTEMBERG, L’honneur des universitaires au Moyen Âge, Paris, PUF
  • FLASCH, K. Introduction à la philosophie médiévale, Paris, Champs Flammarion
  • FLASCH, K., Maitre Eckhart. Philosophe du christianisme, Paris, Vrin
  • LE GOFF, J., Les intellectuels au Moyen Âge, Paris, Seuil
  • LIBERA, A. (de), La mystique rhénane, Paris, Seuil
  • LIBERA, A. (de), Penser au Moyen Âge, Paris, Seuil
  • LIBERA, A. (de), La philosophie médiévale, Paris, PUF
  • PUTALLAZ, F.-X., Insolente liberté. Controverses et condamnations au XIIIe siècle, Paris, Cerf
  • VERGER, J., Les université au Moyen Âge, Paris, PUF