Les épisodesPassion Médiévistes

Épisode 56 – Clémentine et la sexualité féminine dans les fabliaux

Au menu de cet épisode : étude de la sexualité féminine dans les fabliaux érotiques… en détails !

Illustration de l'épisode 56 par Uvaat
Illustration de l’épisode 56 par Uvaat

Dans cet épisode de Passion Médiévistes, Clémentine vous parle de son mémoire de Master 2 en littérature sur La représentation de la sexualité féminine dans les fabliaux du XIIIe au XIVe siècle. Elle était sous la direction d’Amandine Mussou à l’université Paris Diderot.

Avertissement de contenu : cet épisode traite de sujets inappropriés pour les plus jeunes mais aussi de violences sexuelles et de viol. Si ces sujets vous sont difficiles, nous vous invitons à quitter cette écoute.

L’érotisme au XIIIe siècle, un interdit toléré

Le Moyen Âge est souvent perçu comme étant une période puritaine, où la romance est celle des chevaliers courtois. Le XIIIe siècle correspond en réalité à une période plus libertine, où les mœurs se libèrent.

Les fabliaux en soit n’existent pas au Moyen Âge, ce terme est appliqué à une œuvre à posteriori à partir du XIXème siècle. Même si cela correspond théoriquement à des textes à visée comique en octosyllabes, plusieurs textes ne correspondent pas à cette définition. À travers 20 fabliaux du XIIe au XIVe siècle, parfois censurés à des périodes plus modernes, Clémentine propose d’étudier la représentation de la sexualité féminine, que ce soit de façon active ou passive.

Le fabliau érotique, grivoiserie fourre-tout et morale de la sexualité

Châteauroux, Bibliothèque Municipale, Ms 004, fol. 1
Châteauroux, Bibliothèque Municipale, Ms 004, fol. 1

« Vit », « con », « lécheresse »… le vocabulaire des fabliaux est assez vaste et imagé. Pourtant, cela n’empêche pas les descriptions métaphorique des corps et des situations. Les femmes sont décrites le plus souvent à travers trois archétypes :

  • La jeune fille, son corps est décrit par le menu, désirable.
  • La femme mariée, son corps est moins décrit, mais qui désire le sexe masculin.
  • Les femmes d’âge mûr, au corps décrié et repoussant.

La sexualité dans les textes étudiés par Clémentine est hétérosexuelle, très peu transgressive, très normé rendant les textes « tolérables » pour l’Église. Tendresse et découverte des corps des jeunes personnes sont aussi abordées. Sont transgressifs les thèmes de l’adultère et du dépucelage des pucelles, devant normalement rester vierge jusqu’au mariage. Le récit est avant tout grivois, la sexualité et le corps sont plus des outils comiques que des outils d’excitation.

L’érotisation du viol, un outil de déresponsabilisation

Hélas les violences sexuelles sont aussi présentes et érotisées. Les agressions sexuelles sont atténuées par l’humour et la description d’un plaisir coupable de la victime. Ainsi, la violence atténuée, le viol n’est pas caractérisé au regard de la société médiévale mais aussi plus moderne. Il s’agit donc aussi pour Clémentine d’actualiser l’historiographie et d’étudier la réception de ces textes dans le temps.

Pour en savoir plus sur le sujet de l’épisode, on vous conseille de lire :

  • Gratien, Décret BM Lyon ms. 5128, F100 (Italie, vers 1340-1345)
    Gratien, Décret BM Lyon ms. 5128, F100 (Italie, vers 1340-1345)

    Retrouvez Clémentine sur Instagram !

  • Sur le Corrector sive Medicus de Burchard de Worms, ce mémoire de François Gagnon sous la direction de Pietro Boglioni est disponible gratuitement : Gagnon, François, Le Corrector Sive Medicus de Burchard de Worms (1000-1025), mémoire en vue de l’obtention du grade de Master sous la direction de Boglioni Pietro, soutenu le 03 mars 2011, Université de Montréal, Montréal, Canada, 2011
  • Zink, Michel (dir.), Rossi Luciano (trad.) & Straub Richard (trad.), Fabliaux érotiques, collection Lettres Gothiques, Le Livre de Poche, Paris, 1992
  • BOUTET, Dominique, Les Fabliaux, Paris, PUF, 1985, 128 pages.
  • CORBELLARI, Alain, Des fabliaux et des hommes. Narration brève et matérialisme au Moyen Âge, Droz (« PRF » 264), Genève, 2015, 205 pages.
  • LORCIN, Marie-Thérèse, Façons de sentir et de penser : les fabliaux français, Paris, Champion, 1979, 199 pages.
  • NYKROG, Per, Les Fabliaux, Genève, Droz, 1973, LVI – 348 pages.
  • FOUCAULT, Michel, L’histoire de la sexualité : Le souci de soi (tome 3), Paris, Gallimard, 1984, 334 pages.
  • LE GOFF, Jacques, TRUONG, Nicolas, Une histoire du corps au Moyen Âge, Paris, éditions Liana Levi, 2003, 200 pages.
  • MOULINIER, Laurence, « Le corps des jeunes filles dans les traités médiévaux du Moyen Âge, un aperçu », dans Le corps des jeunes filles de l’Antiquité à nos jours, Paris, Perrin, « Pour l’histoire », 2001, pp. 80-109.
  • RIBÉMONT, Bernard, Sexe et amour au Moyen Âge, Paris, Editions Klincksieck, 2007, 240 pages.
  • PIERREVILLE Corinne, Anthologie de la littérature érotique du Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 2019, 496 pages.
  • VIGARELLO, Georges, Histoire du viol – XVIe-XXe siècle, Paris, Éditions du Seuil, « Histoire », 2000, 384 pages.

Dans cet épisode vous avez pu entendre les extraits des œuvres suivantes :

  • Anonyme, « La Demoiselle qui ne pouvait entendre parler de foutre », in Zink, Michel (dir.), Rossi Luciano (trad.) & Straub Richard (trad.), Fabliaux érotiques, collection Lettres Gothiques, Le Livre de Poche, Paris, 1992
  • Anonyme, « La sourie d’étoupe », XIIIe siècle
  • Garin, « Béranger au Long Cul », in Zink, Michel (dir.), Rossi Luciano (trad.) & Straub Richard (trad.), Fabliaux érotiques, collection Lettres Gothiques, Le Livre de Poche, Paris, 1992
  • Musiques extraites de l’album Salva Nos du groupe Medieval Babes

Si cet épisode vous a intéressé vous pouvez aussi écouter :

Merci à Clément Nouguier qui a réalisé le magnifique générique du podcast et à Ilan Soulima pour l’article !