Passion Antiquités

Épisode 11 – Marc-Antoine et la religion en Gaule du IVème au VIème siècle (Passion Antiquités)

Visitez des lieux de culte d’une Gaule en pleine mutation à la toute fin de l’Antiquité !


Dans cet épisode de Passion Antiquités, Marc Antoine Jeanniot présente son mémoire « Archéologie du paysage religieux monumental dans l’antiquité tardive IVe-VIe siècle, l’exemple de l’Île-de-France« , réalisé sous la direction de Caroline Michel d’Annoville. Son travail porte sur la région Île-de-France dans ses limites contemporaines, et vise à dresser une chronologie et une étude des pratiques religieuses dans cette période mal connue. Entre l’Antiquité Tardive et le Moyen Âge précoce, embarquez pour une Gaule méconnue en pleines mutations.

Un paysage religieux éclaté entre un christianisme nouveau et une religion romaine ancienne

limites sont héritières de réformes de la fin du IIIe/début IVe siècle
Carte administrative de la Gaule au Ve siècle dont les limites sont héritières de réformes de la fin du IIIe/début IVe siècle (source : La France avant la France (481-888) de Geneviève Bührer-Thierry et Charles Mériaux, Belin)

La période dans laquelle s’inscrit le travail de Marc-Antoine est une période complexe, marquée par de profondes transformations au sein de l’Empire Romain. En effet, après un IIIe siècle qui a vu l’Empire traversé par des crises multiples et multifactorielles, le IVe siècle marque une période de relative stabilité. L’empereur Dioclétien a permis une réforme importante des institutions de l’Empire, permettant ainsi un certain retour à la stabilité au sein des frontières. Constantin lui a résolu les problèmes d’ordre socio-religieux, en prenant acte de la montée du christianisme primitif à travers l’Empire, et en édictant l’édit de Milan 313. C’est un édit de tolérance, qui permet la liberté du culte chrétien, mais aussi la liberté de culte aux païens. Ce n’est donc pas un acte de conversion de tout l’Empire, acte qui arrivera bien plus tard, mais un acte censé établir une paix religieuse dans l’Empire.

L’Empire n’est plus gouverné de façon uniforme par les institutions romaines. Les différentes crises du IIIe siècle ont affaibli l’administration, menant à la création d’une forme de gouvernance nouvelle autour des peuples germaniques installés dans les frontières de l’Empire. Ces fédérations germaniques (federatii) jouissent d’un pouvoir politique local certains, qui leur est confiée par l’Empire, dont ils gèrent des parties entières et où ils lèvent une partie de l’impôt contre une participation à l’effort militaire romain. C’est comme cela que les Francs se retrouve à servir l’armée romaine lors de la bataille des Champs Catalauniques de 451. Ainsi, arrivé au IVe siècle, l’Île-de-France qu’étudie Marc Antoine est marquée par une profusion de cultes, plus ou moins anciens, variablement ancrés, mais où l’influence nouvelle du christianisme commence à se faire profondément ressentir.

Cultes, rites et religions en territoire gaulois

restitution de la phase final du Sanctuaire de Bennecourt (Yvelines). (DAO : L. Bourgeois) l'édifice à gauche est l'exemple type du fanum : sanctuaire gallo-romain possédant une cella centrale bordée d'une galerie périphérique
restitution de la phase final du Sanctuaire de Bennecourt (Yvelines). (DAO : L. Bourgeois) L’édifice à gauche est l’exemple type du fanum : sanctuaire gallo-romain possédant une cella centrale bordée d’une galerie périphérique.

La religion gauloise est attestée très tôt dans la région. En effet, dès le IVe siècle avant notre ère, de grands centres cultuels apparaissent. Avec la conquête romaine de nouveaux espaces se créent. La religion romaine est très ouverte, elle tolère tout à fait l’existence d’autres cultes, à partir du moment où les cultes propres à l’Empire sont respectées. Ainsi, on trouve dans la région Île-de-France, on trouve des temples aussi bien consacrées à des divinités celtiques, romaines, et même orientales avec un temple consacré à la divinité Mithra. Au IVe siècle de notre ère, en revanche, le christianisme a commencé à s’installer et la religion celtique a quasiment disparu entièrement. C’est sous cette impulsion d’une religion nouvelle, présentée comme moderne, que disparait progressivement la religion romaine.

En effet, les termes de « païen » et de « paganisme » sont forgés à cette époque, où le paysan, pagus, est présenté comme un superstitieux arriéré, attaché à ses vieilles idoles, contre l’urbain chrétien. Il convient alors de ne plus utiliser ce terme dans l’historiographie contemporaine, afin d’éviter la charge négative qu’il porte. Toujours est-il que c’est une période de grandes constructions, où des structures nouvelles sont érigées par le pouvoir chrétien. Les temples ne remplissent plus la même fonction : là où le temple romain nécessitait la capacité de faire un sacrifice de sang, l’église chrétienne n’a plus ce besoin et change donc de forme afin d’accueillir de grandes assemblées.

C’est aussi une mutation politique qui s’opère. Avec la disparition progressive des administrations romaines au profit du contrôle des fédérations, réside un risque de désagrégation d’une société confrontée à un changement très rapide et brutal. Le christianisme permet de faire émerger un personnage à la fois politique et religieux, l’évêque. Organisant sa congrégation autour de lui, il construit à côté de l’église un palais épiscopal. L’objectif est à la monumentalité : il s’agit de faire comprendre où est l’autorité et la continuité impériale. Ainsi, Marc-Antoine prend l’exemple de l’île de la Cité, grand lieu de construction épiscopale.

Faire l’archéologie des pratiques religieuses

plan des vestige du sanctuaire de la Bauve (Meaux, Seine-et-Marne). (DAO : M.-A. Jeanniot)
plan des vestige du sanctuaire de la Bauve (Meaux, Seine-et-Marne).
(DAO : M.-A. Jeanniot)

S’il est complexe de comprendre comment pensaient les anciens, l’archéologie peut révéler des traces témoignant au moins des pratiques. Mais cela n’est pas toujours simple ! Marc-Antoine évoque notamment les difficultés à trouver des traces archéologiques des rites anciens non-chrétiens. Les sacrifices à base de graines et de vin sont très peu conservés et disparaissent avec le temps. Le sacrifice de sang, qui nécessite l’équarrissage d’une ou plusieurs bêtes, laisse cependant plus de traces, particulièrement des os dans le sanctuaire ou environs où la viande était consommée.

Les temples laissent des traces de construction, et les églises, constructions monumentales et qui sont en constantes mutations, permettent de suivre les évolutions des techniques. Malheureusement, les vestiges sont souvent profondément enterrés dans des espaces urbains encore actifs aujourd’hui ! Comment mettre au jour la basilique originale qui est sous Notre-Dame de Paris sans raser entièrement les restes de la cathédrale durement atteinte par l’incendie de 2019 ?

Enfin, à travers toutes les époques, des vestiges monétaires sont trouvables. Factuellement, ce sont des dons faits par les fidèles au bénéfice du temple ou de l’église. Là, plusieurs autres soucis interviennent. Tout d’abord, plusieurs vestiges monumentaux ont disparu, surtout dans les temples romains, peu à peu détruits à travers l’histoire, que ce soit pour récupérer les matériaux ou simplement pour effacer les traces impies proches des sanctuaires chrétiens. D’ailleurs, des empereurs ont même dû intervenir pour protéger ces sites et assurer la liberté de culte. Ensuite, les dons monétaires subissent aujourd’hui du pillage archéologique : les détectoristes armés de détecteurs à métaux qui récupèrent les objets dans le sol déplacent plutôt en réalité des éléments précieux de leur contexte. Une difficulté supplémentaire pour les archéologues.

Pour en savoir plus sur le sujet de l’épisode, on vous conseille de lire :

Ouvrages généraux sur la période :

  •  M. Coumert, B. Dumézil, Les royaumes barbares en Occident, 2ᵉ édition mise à jour, Presse Universitaire de France, Que sais-je ?, Paris, 2011.
  • B. Dumézil (dir.), Les Barbares, Presse Universitaire de France, Quadrige, Paris, 2018.
  • Y. Modéran, L’Empire romain tardif, 235-395 apr. J.-C., Ellipse, Paris, 2006.

Ouvrages généraux sur la religion romaine :

  • W. Van Andringa, La religion en Gaule romaine, Piété et politique (Ier-IIIe siècle apr. J.-C.), Errance, Paris, 2002.
  • J. Scheid, Quand faire c’est croire : les rites sacrificiels des Romains, Le grand livre du mois, Paris, 2011.

Ouvrages divers sur la transition religieuse à la fin de l’Antiquité :

  • P. Chuvin, Chronique des derniers païens : la disparition du paganisme dans l’Empire romain, du règne de Constantin à celui de Justinien, 3ᵉ édition revue et corrigée, Fayard, Les Belles Lettres, Paris, 2009.
  • R. Lane Fox, Païens et chrétiens : la religion et la vie religieuse dans l’Empire romain de la mort de Commode au concile de Nicée, traduit par A. Ruth et M. Montabrut, Presse Universitaire du Mirail, Toulouse, 1997.
  • L. Lavan M. Mulryan, The archaeology of Late Antique « paganism », Leiden, 2011.
  • R. MacMullen, Christianisme et paganisme du IVe au VIIIe siècle, traduit de l’anglais par F. Regnot, Perrin, 2011.
  • W. Van Andringa (dir), La fin des dieux, les lieux du polythéisme dans la pratique religieuse du IIIe au Ve s. apr. J-C. (Gaules et provinces occidentales), Gallia 71-1, CNRS édition, Paris 2014
  • P. Veyne, Quand notre monde est devenu chrétien, 312-394, édition revue et augmentée, librairie générale française, Paris, 2010.