Passion Modernistes

Épisode 18 – Olivier et la marine au XVIIIème siècle (Passion Modernistes)

Épisode 18 – Olivier et la marine au XVIIIème siècle (Passion Modernistes)
Passion Modernistes

 
 
00:00 / 47:02
 
1X
 

Que sait-on sur la marine du XVIIIème siècle, au moment où elle passe de royale à républicaine ?

Passion Modernistes

Olivier Aranda au micro de Passion Modernistes
Olivier Aranda au micro de Passion Modernistes

Dans ce nouvel épisode de Passion Modernistes nous allons faire un voyage dans le temps et parler de la fin de l’époque moderne, et plus précisément du contexte de la révolution française, mais nous allons nous éloigner de Paris et mettre cap à l’ouest, sur Brest et l’Atlantique. Depuis octobre 2018, Olivier Aranda prépare une thèse d’histoire moderne sur « La marine de la République à Brest et dans l’Atlantique 1792-1803« , sous la direction de Pierre Serna, à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, en partenariat avec l’Institut d’histoire moderne et contemporaine de Paris.

A la fin du XVIIIème siècle, la société est « maritimisée », marquée par la mer et les échanges commerciaux, notamment avec le café. En France, la Révolution vient marquer la fin du siècle, et à partir de 1789 a lieu des bouleversements politiques et géopolitiques qui vont impacter la sphère maritime.

Dans sa thèse, Olivier Aranda veut montrer que cette sphère navale continue d’être fondamentale après la Révolution et la fondation de la République en 1792, que les échanges et affrontements se poursuivent, par exemple dans l’espace antillais sur les plans stratégiques et économiques. Il souhaite étudier la stratégie navale de la France à cette époque, en réévaluant certaines sources, et pour contrer une grande part de l’historiographie qui a donné une mauvaise image de cette marine républicaine.

L’organisation de la marine au XVIIIème siècle

 Banner - National Maritime Museum
Banner – National Maritime Museum

La flotte se divise en deux groupes : les navires de ligne (avec au moins 700 corps d’équipage), le cœur de la flotte qui combattent lors des batailles, et tous les bâtiments de plus petites tailles, qui ont plutôt des rôles de messagers, pour le commerce…

Et à l’intérieur de ces navires, on trouve des officiers (un corps qui se renouvelle énormément à la période révolutionnaire) , les officiers mariniers (les spécialistes), et l’équipage avec les matelots. Sans oublier à terre le personnel administratif dans les ports et à Paris.

C’est l’époque de l’âge d’or de la marine en bois, le modèle des vaisseaux de 74 canons est standardisé, la France construit tous ces navires sur ce modèle. L’évolution se fera du côté des armes, dans le contexte du conflit avec l’Angleterre, avec notamment les débuts de l’utilisation des obus explosifs (mais seulement mis au point en 1821).

On voit que la marine n’est pas du tout délaissée par les autorités révolutionnaires, mais qu’au contraire on voit des efforts dans le but d’acquérir une maîtrise de la mer par la France.

Plan de la ville de Brest : Par Mr P. L. Bermont Ingénieur
Plan de la ville de Brest : Par Mr P. L. Bermont Ingénieur

La marine à Brest

Durant tout le XVIIIème siècle la marine est très importante à Brest. Et à l’époque révolutionnaire, Brest est un îlot républicain dans un zone plutôt hostile à la République, avec par exemple les Chouans. La ville a pu résister grâce à son organisation géographique spécifique, avec un arsenal e son coeur et une  muraille de Vauban qui la protège. Et en mer, la ville n’est accessible que par un goulet défendu par des batteries d’armes.

Pour en savoir plus sur le sujet de l’épisode, on vous conseille de lire et consulter :

Dans cet épisode vous avez pu entendre les extraits des œuvres suivantes :

Si cet épisode vous a intéressé vous pouvez aussi écouter :